08 avril 2007

En meeting avec Bayrou


Je pense que dans une autre vie il me plairait d'être journaliste politique. J'ai longtemps regardé la politique de haut (enfin longtemps tout est relatif puisque je peux voter que depuis deux ans...), sans m'y intéresser, pensant qu'elle n'était l'affaire que d'une certaine élite. Je n'ai commencé à aller aux meetings que par simple curiosité. Rencontrer des potentiels futurs présidents... j'aimais beaucoup l'idée. Mais je dois avouer qu'en un mois tout cela à radicalement changé, je trouve la politique vraiment passionnante, je découvre tout un monde sur lequel j'avais énormément d'a priori. J'apprécie encore plus les études d'économie que je mène et qui me permettent de comprendre plus en détails les rouages des politiques proposées. J'ouvre mon alter éco, ou mon courrier international dès 7h30 le matin dans le bus, ce qui était impensable il y a quelques mois à peine...

Lundi dernier, j'ai donc pris la direction du Parc des Expositions de Reims, Hall 3 pour aller voir la "surprise" de ces présidentielles. C'est vraiment le candidat que je voulais entendre car c'est celui sur lequel je me pose... posais... le plus de questions. Et décidément s'il y a bien une chose qui fait défaut aux politiques c'est bien la ponctualité. 30 minutes que j'attendais assise bien sagement, mon alter éco entre mes mains, oui ça c'est pour me la jouer un peu, et là un gus qui monte à la tribune, sans doute un gus connu mais dont je n'ai pas retenu le nom et avec un grand sourire il s'écrit: "Bonne nouvelle François est à Reims, au centre ville il sera là d'ici 10 minutes!". 10 minutes.... et il le dit avec le sourire en plus... Comme les quelques 3 300 personnes qui sont là je prends mon mal en patience, j'observe le décor, les personnes qui s'affairent au son d'un mini orchestre qui se veut dynamique avec leurs tee-shirts orange "sexy et centriste" mais qui sont loin de l'être, dynamique quoi que ils ne sont pas forcément sexy non plus....

Et pourquoi l’orange?

Il est au centre, il se targue de vouloir rassembler la droite et la gauche, pourquoi pas le violet alors, savant mélange de rouge et de bleu? C'est plus voyant c'est vrai mais avec Caro, ma "kipine" d'amphi, on a décidé en début d'année que l’orange c'était la couleur à mettre quand on déprime... de là à dire que le programme de Bayrou me déprime... Il est vrai aussi qu'il aurait été plus dur de trouver un fruit violet à offrir, les aubergines sont presque violette mais j'imagine la tête des gens qui se verraient offrir des aubergines... au passage j'attends toujours mes clémentines!

Bon et son discours dans tout ça?

Nous avons le droit pour débuter à un petit discours de notre bon vieux maire, celui qui ovationne Bayrou sur la photo. J'ai trouvé limite le rapprochement qu'il fait entre la probable élection de Bayrou le 7 mai prochain et l'Armistice signé à Reims le 8 mai 1945 mais bon passons, je n'étais pas là pour écouter le maire...

C'est donc au tour de Bayrou de prendre la parole, pendant 5 bonnes minutes il va nous faire la liste de tous les invités VIP qui se trouvent là et cirer quelques bottes au passage... il ira d'ailleurs jusqu'à interrompre son discours plus tard pour saluer deux sénateurs qui font leur entrée... Déjà que celui qui l'a annoncé quelques instants auparavant, le même gus qui avait le sourire tout à l'heure, nous lançait un formidable :"il vient à votre rencontre, avant de dévoiler demain (mardi) son programme"... Je me suis un instant demandé ce que je faisais là moi qui voulais justement prendre toute la mesure de son programme... J'aime la politique pas les discours pseudo politique dont le seul but est de casser du sucre sur le dos des adversaires sans rien proposer... Mais bon, je suis là ça fait presque une heure que je poirotte et en plus j'ai une bonne place donc je continue de l'écouter non sans relever quelques-unes de ses paroles ce qui a le don d'énerver mon voisin de devant au joli t-shirt orange "voter Bayrou" mais qu'à cela ne tienne, je continue de l'écouter...

Il nous a donc parlé du chômage, en expliquant clairement que les chiffres qui nous étaient communiqués étaient faux. Il est revenu sur la dette de la France en montrant chiffre à l'appuie qu'elle était conséquente. Avant d'insister sur le fait que l'Etat dépensait chaque jour 20% de plus que ce qu'il ne gagne ce qu'aucun ménage ne pouvait se permettre. En même temps c'est un peu son rôle... Si l'état n'investissait pas dans les projets rentables à très long terme, ce que ne peut se permettre un tout à chacun, alors il n'y aurait plus de fond pour la recherche, déjà qu'il n'y en a pas des masses, et il ne se trouverait personne pour financer les grandes infrastructure (ponts, autoroutes...).

Après on a fait un petit détour par les banlieues, l'insécurité, et il n'a bien sûr pas résister à l'occasion de taper sur Sarko, les valeurs patriotiques, on tacle Ségo au passage mais ça l'empêche pas de chanter lui aussi la Marseillaise à la fin du meeting... On a même eu le droit à un petit cour de philo et à une petite pose pub pour un de ses amis écrivain. Il signale qu'il a été prof avant de nous resservir la même bourde que Sarko sur le Québec. Et oui Monsieur Bayrou, le Québec c'est pas un pays, c'est une province...

Il a abordé ensuite l'Europe. Et là je dois bien avouer que je suis assez proche de la vision qu'il se fait de l'Europe. Une Europe qui protègerait la loyauté et l'équité des échanges, faisant tout pour faire respecter aux autres les règles qu'elle s'est fixée à elle-même; une Europe qui lutterait contre le terrorisme et le trafic d'êtres humains davantage qu'elle ne le fait déjà, qui s'investirait un peu plus dans la politique internationale, qui s'occuperait un peu plus des préoccupations du climat et de l'énergie mais surtout une Europe qui serait dépasser l'obsession de la concurrence qui la mine. Il a abordé aussi le sujet de la Turquie sans vraiment nous dire s'il était aujourd'hui pour ou contre son adhésion, personnellement je suis davantage pour un partenariat privilégié...


Enfin il a fini sur l'école et l'éducation, fer de lance de sa campagne... mais là une fois encore son discours sonnerait bien moins faux s'il n'avait pas été par le passé un bien piètre ministre de l'éducation nationale... Et puis se servir des jeunes pour justifier la création de deux emplois sans charges pendant 5 ans... limite. Le graphique tiré de l'alter éco du mois d'avril (mais non ce n'est pas mon livre de chevet...) rend bien compte de la situation. Les allégements de cotisations sociales ont fait un bon remarquable depuis le début des années 1990, en 2005 cela a coûté 17 milliards d'euros à l'Etat... A-t-on noté une augmentation aussi significative du nombre de création d'emploi sur la même période? Non! Mais le trou de la Sécu a lui continué de croître...

En bref, j'ai donc aimé son discours sur l'Europe, son accent finalement plus proche des guignols que je ne le pensais, moins ses attaques à droite et à gauche... pour un homme qui veut rassembler et composer avec tout ce petit monde, il aurait pu souligner quelques-unes des mesures des deux autres principaux candidats avec lesquels il est plus ou moins d'accord... Taper sur les précédents gouvernement sans préciser qu'on en a fait parti... il faut savoir assumer ses échecs, on en sort grandi... Et j'ai grincé des dents à l'entente des quelques phrases populistes savamment dosés dans un discours habilement mené mais qui manquait à mon goût d'un peu de conviction de sa part. Et le scoop de la soirée c'est que Bayrou regrette feu le numéro 12 des renseignements car il n'arrive pas à mémoriser les autres... Mensonges... Avec le Toutouyoutou on a au moins tous en tête l'un des innombrables numéros de renseignements qui existent maintenant... Dire que cela coûtait plus cher et que les délocalisations des centres d'appels avaient rendu le service moins efficace aurait suffi...

Enfin, je finirai sur une remarque faite par Bertrand Delannoé, que j'ai été écouter mercredi à Tinqueux (à coté de Reims). A ceux qui douteraient encore des orientations politiques de Bayrou à droite, centre droit plus exactement, je les invite à aller, comme là si judicieusement soulevé l'actuel maire de Paris, voir ce qui se passe au niveau local avec l'UDF. Bayrou à beau nous rabâcher qu'il a changé arguant le fait qu'il a utilisé son veto sur certaines des lois votées par l'UMP, il n'empêche qu'aux élections municipales qui se sont déroulées, il y a à peine quelques mois à Bordeaux, l'UDF a présenté une liste commune avec l'UMP et que dans les régions et les villes, comme Reims, où ils sont au pouvoir ils ne gouvernent pas avec les meilleurs de droite et de gauche mais seulement avec les meilleurs de droite... Mitterrand disait déjà à l'époque du centre qui se ventait d'être ni à droite, ni à gauche, "il y a une chose qui est sûre, le centre n'est ni à gauche, ni à gauche!" A méditer!
************

************


************

12 commentaires:

Julie a dit…

Chose promise chose due ;)

Bon anniversaire au plus fidèle de mes lecteurs...

Bisoux

Lisette a dit…

Bonjour, c'est super sympa de raconter un meeting comme ça. C'est sûr qu'il y a des moments de populismes un peu désagréables... Mais j'imagine que c'est ça la politique. Il faut quelques petites phrases toutes simples pour que les journalistes puisse les reprendre au JT le soir!! C'est difficile de faire passer une pensée nuancée, ce n'est jamais ça qui reste dans les compte-rendus.

Sinon, je voulais juste réagir sur Bayrou ministre de l'Education Nationale. C'est pas vrai qu'il a été mauvais. C'est lui qui a modifié le bac que tu as passé, en L, ES, et S, avec modification du système des options, beaucoup plus simple qu'avant. C'était compliqué, parceque derrière les histoires d'option, il y a des heures d'enseignements de profs, et que les syndicats sont très sensibles à ce genre de choses. Il a aussi modifié le premier cycle de l'enseignement supérieur. C'est avec lui que s'est mise en place la semestrialisation, le cycle d'orientation, les moniteurs étudiants, les cours de méthodo (je sais pas si tu en as dans ta fac)

Naturellement, c'est à toi de voir ensuite si tu as été convaincue par son discours, mais je voulais faire cette petite mise au point sur son passage à l'Education Nationale.

Ah oui, concernant les stratégies d'alliance : Depuis 98, l'UDF présente de plus en plus, quand ça lui est possible, des listes indépendantes. Après, ben on s'allie avec les gens qui veulent bien hein. L'idée de ces élections, c'est justement de permettre à l'UDF de prendre toute son indépendance par rapport à la droite, et donc de s'allier avec la droite ou la gauche en fonction des projets, des situations locales.

Florent a dit…

yop
bonne fete !
a qd les videos de beber ?

Julie a dit…

Bonjour Lisette,

Pour les phrases populistes, naturellement à un meeting je m'attendais à en entendre... J'en ai entendu avec Besancenot et Royal aussi, mais c'est justement le fait que les médias les reprennent qui m'agace. Beaucoup iront voté qu'avec ce qu'ils auront vu à la télé ou lu dans quelques torchons de la presse à scandales...

Pour ce qui est de la Réforme LMD. Je suis en plein dedans. Il y a eu du positif mais le dispositif en lui même a quand même quelques lacunes... Avec ma première année de droit validé je pouvais passer directement en 2eme année de licence d'éco... Hors la première année d'éco n'a que le droit et l'anglais en commun avec ma première année de droit... pas très logique tout ça! C'est pour ça que je suis passée outre ce système et que j'ai ignoré mes acquis et que j'ai recommencé une première année d'éco... Et puis il y a les fameux enjambements... le bordel total! Ils ne peuvent être prévus dans les affectations de TD donc on se retrouve grâce à eux avec des groupes de TD de plus de 40!!!! Pas vraiment les conditions idéales pour étudier tout ça...

Enfin pour ce qui est des stratégies d'alliance... En général on accepte des alliances des gens avec qui on partage des idées... Et je n'invente rien les faits sont là, au niveau local ils ne sont alliés quasiment qu'avec la droite... je dit quasiment parce qu'il doit peut être se trouver des patelins ou ils travaillent avec la gauche...

Et Florent le montage vidéo est réalisé mais hier dalymotion ne marchait pas et comme je l'ai fait avec une version gratuite d'un logiciel y'a une pub sur le milieu mais ça n'empêchera pas d'entendre ce qu'il dit.

Bonne journée à tous et à toute
Bisoux

Antoine a dit…

Yeeeah mon super cadeau d'anniversaire tant attendu !

Bon honnêtement, rien de bien nouveau à l'horizon !

Juste pour revenir sur Bayrou, il n'a rien fait quand il était ministre de l'éducation nationale ! Il a tenté de réformer la Loi Falloux, de favoriser les écoles privés face aux écoles publiques mais s'est retrouvé confronter à l'hostilité des profs et des syndicats et a fini par céder ! C'est sur que ça c'est un grand reformateur ! La réforme LMD n'est absolument pas due à Bayrou !
Alors oui peut-être qu'il a défini les bacs ES, L, S mais il a changé que la lettre... Le contenu reste le même que ceux des bacs A, B et C qu'ont passé nos parents !
Son bilan à l'Education Nationale est lamentable (aussi mauvais que celui de Royal quand elle était la conseillère du gros con socialiste Allègre !) et son bilan en tant que président sera forcément empreint d'un certain immobilisme !

Bayrou fait autant de populisme que Royal et Sarkozy mais sous pretexte qu'il se situe au centre les gens sont persuadés que son programme est viable ! Ineptie ! Il n'y a qu'à lire notre "réquisitoire" contre Bayrou que l'on a publié il y a quelques temps pour se rendre compte que la "solution Bayrou" n'est pas jouable à long terme !

Bizzzoux

Antoine

Julie a dit…

J'aurai pourtant juré l'avoir entendu dire qu'il était le "père" de la réforme LMD...

lisette a dit…

Le coup du LMD, c'est un peu plus sioux que ça. C'est une mise en conformité européenne, initiée à Bologne. Mais c'est effectivement François Bayrou qui l'a préparée en mettant en oeuvre la semestrialisation. Avant, il n'y avait pas vraiment de différence entre les premiers et deuxièmes semestre, on pouvait passer tous ses examens d'un coup (ce qui était assez dur).

Ce qu'il a changé dans le premier cycle de l'enseignement sup, c'est surtout qu'il a permis à des étudiants de travailler à la fac (les moniteurs) pour aider les autres, et qu'il a permis aux UFR de mettre en place des cours de méthode et de techniques, de monter des projets d'orientation avec les SCUIO... tout ça, ça n'a pas été simple. C'était la première fois qu'on demandait aux universités de travailler à l'insertion professionnelle de leurs étudiants, et de les aider à franchir le cap avec le lycée. Sur les étudiants, c'est un gros enjeux. Les syndicats étudiants sont très chatouilleux là-dessus, car ils pensent qu'il ne faut pas faire bosser les jeunes, mais leur donner uniquement des bourses. Bayrou a proposé une solution supplémentaire pour aider à boucler ses fins de mois : pouvoir bosser à la fac pour aider les autres étudiants.
Tout le monde est d'accord sur le bilan de cette opération : il en faudrait plus. Mais après Bayrou, plus personne n'a osé s'attaquer à ce douloureux problème, qui pourtant permettrait (par exemple!!) d'augmenter les horaires d'ouverture des bibliothèques.
Ca te dirait pas toi, Julie, de pouvoir bosser à la BU quelques heures par semaine, ou bien que ta BU soit ouverte plus tard pour que tu puisses y aller quand tu en as besoin?!

La réforme du bac, ce n'était pas juste un changement de lettres, ne vous en déplaise... L'enjeu, c'était de revaloriser tout ce qui n'était pas C. Et effectivement, d'autres voies ont été ouvertes après le bac : on peut faire plus de choses avec un bac ES, L ou STT qu'on ne pouvait en faire avec les bacs G, B, ou A. Ca a aussi beaucoup changé le système des options, en le clarifiant.

Il a fait beaucoup de changement en profondeur, de celles qui ne se voient pas. L'éducation nationale, ça ne se change pas comme ça. On se retrouve avec en face de soi des gens qui, s'ils ne sont pas contents, peuvent bloquer complètement les écoles et les facs, et du coup toute la vie économique (qui garde les gosses?).

On ne peut pas changer l'école ou l'université sans les profs. Tous ceux qui prétendent le contraire sont de dangereux idéalistes. Et ça ne se fait pas du jour au lendemain, d'un coup de baguette magique, parce que sinon ça ferait longtemps que ce serait fait, n'est-ce pas?

Le coup de baguette magique, il a tenté ça Robien : allez, je fais un décret pour expliquer aux profs comment apprendre à lire aux enfants. Résultat? Nul, à part un effet de communication. C'est du management de base.

Antoine a dit…

Je te rejoins tout à fait sur le fait qu'il faille des réformes de l'Education Nationale et qu'on ne peut faire confiance ni à la droite (l'exemple récent de Robien qui a été particulièrement mauvais comme ministre), ni au centre-droit (Bayrou n'a pas fait grand chose au ministère de l'Education Nationale), ni à la gauche (Allègre a été à l'origine de pas mal de révoltes des enseignants) car comme tu l'as dit, il faut absolument prendre en compte le corps enseignant !
Antoine

PS: Visiblement, on ne peut pas dire que sa volonté de faire bosser les étudiants fut couronnée de succès ! Moi j'ai connu la fac de Marne-la-Vallée et la Sorbonne et je n'ai jamais eu de personnes pour m'aider et on ne m'a jamais proposer de travailler sur le campus ! Par ailleurs, je rappelle quand même que les étudiants qui ont un emploi ont moitié moins de chance de réussir leur année que les étudiants qui ne travaillent pas ! De quoi faire frémir je trouve...

Julie a dit…

Voilà je vous laisse les videos, la qualité n'est pas super mais je maitrise pas le logiciel... ;)

caro a dit…

ba pkoi pas le vert?? c'est la couleur de l'espoir hein kipine!! pi il aurait très bien pu offrir des pommes, c'est tjrs mieux que l'aubergine!! lol

Auré a dit…

bon, me voici sur Bayrou, plus ça avance, et plus je pense vraiment que c'est lui qu'il nous faut... Même si Royal n'est pas prête à une alliance, et je reconnais que Bayrou est de droite sans problème, le fait qu'à la fois Rocard et Kouchner commence à se faire entendre pour une alliance centre/gauche contre UMP, ne me déplait pas du tout!
Moi sur le bilan comme ministre, je suis du coté de lisette, un des seuls à ne pas avoir été contré et fait un minimum bouger les choses (à Reims les étudiants peuvent être tuteurs, c'est quand même rémunéré et normalement ils sont dispo à la BU)... enfin, il y a différentes mesures, encore faut il que les universités mettent en place les moyens, et ça...
bref, c'est le seul qui me convainc plus que les autres, et même si je n'adhère pas à tout ce qu'il propose, c'est tout de même toujours plus qu'à ce que propose Royal..!

Julie a dit…

Ba oui le vert c'est mieux! mais il me semble que l'idée a déjà été prise mdr